Douleurs chroniques VS douleurs aiguës : quels sont les différences ?

Différence douleurs chroniques et douleurs aigus

Au moins 25,3 millions d’adultes ont souffert de douleurs continues au cours des 90 derniers jours. Et ces chiffres augmentent chaque année.

Vous vous sentez concerné ? Vous souffrez également de douleurs aiguës ou chroniques ?

Au moment où vous aurez terminé cet article, vous comprendrez comment les médecins différencient ces deux types de douleur. Par ailleurs, vous apprendrez les signes pour pouvoir les distinguer.

Pourquoi votre corps ressent-il de la douleur ?

La douleur est désagréable, mais nécessaire. Nous en avons besoin pour notre survie. Des milliards de nerfs traversent notre corps. Ils lacèrent les os, les muscles et les organes. Aucune zone n’est dépourvue de ces minuscules fibres souvent microscopiques.

Beaucoup de ces nerfs agissent comme des récepteurs sensoriels. Lorsqu’ils sont stimulés, ils envoient des commentaires à notre cerveau (et à notre corps) sur le monde qui l’entoure.

  • La casserole est-elle chaude ?
  • Est-ce que le bleu clair ?
  • Le bruit est-il fort ?
  • Le fruit est-il amer ?

Nous avons besoin de ces informations pour reconnaître le danger. Sinon, chaque action que nous ferions serait aussi susceptible de nous tuer que de nous nourrir.

Nous devons comprendre notre monde intérieur autant que notre monde extérieur. Que se passerait-il si nos dents pourrissaient à l’intérieur de notre bouche sans que nous nous en rendions compte ? Et si nous nous cassions un os et restions inconscients ?

La douleur est la façon dont notre corps nous dit que quelque chose ne va pas, et nous ferions mieux de l’écouter.

La douleur aiguë

49,90
A partir de 44,90
119,90
69,90
109,90
49,90

La douleur aiguë est le type de douleur le plus courant. Lorsque vous vous blessez à la suite d’une coupure, vos terminaisons nerveuses se déclenchent immédiatement. Ils envoient des impulsions à votre cerveau pour vous dire : « Hé ho, quelque chose ne va pas ici. »

Le type de blessure est sans importance lors de l’évaluation de la douleur chronique par rapport à la douleur aiguë. Il peut s’agir d’une coupure de papier ou d’une profonde lacération dans l’abdomen. Cela peut être une mâchoire cassée ou une hémorragie cérébrale.

Le niveau de douleur n’est pas non plus pertinent. L’agonie aveuglante peut vous faire vous évanouir ou même ne pas le remarquer. Cela n’a pas d’importance dans la détermination.

Le type de médicament dont vous avez besoin pour bloquer la douleur est également sans conséquence. Vous pourriez avoir besoin d’acétaminophène ou d’un opioïde. Cela ne fait aucune différence.

Ce qui est important c’est :

  • L’apparition soudaine de la douleur
  • La durée de la douleur

L’apparition soudaine indique un traumatisme récent à votre corps. Les personnes atteintes décrivent souvent la douleur comme vive ou lancinante. Il a également tendance à émaner d’un point spécifique. La durée devrait durer moins de trois semaines.

ebook guide offert

Pourquoi les médecins ont-ils choisi cette fenêtre de trois semaines ? C’est le temps qu’il faut à votre corps pour guérir la plupart des blessures. Il y a des exceptions, bien sûr. C’est pourquoi le nombre n’est pas gravé dans la pierre. C’est une ligne directrice. Voici quelques causes courantes de douleur aiguë :

  • Brûlures.
  • Naissance d’un enfant.
  • Opération dentaire.
  • Os cassés.
  • Blessure au dos due à une mauvaise manutention.

La douleur chronique

Lorsque vous considérez la douleur chronique par rapport à la douleur aiguë, la douleur chronique est un peu plus difficile à mettre le doigt dessus. L’Association internationale pour l’étude de la douleur la décrit comme une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable ».

Ils continuent en précisant que la douleur peut être la réaction de votre corps à des lésions tissulaires réelles (danger réel). Ou, cela peut être la réponse de votre corps à ce qu’il pense être un dommage, mais ce n’est pas le cas (faux danger). Vous ne pouvez pas différencier la douleur chronique de la douleur aiguë par votre « niveau de douleur » ou votre « type de médicament requis ».

Le facteur déterminant ici est la durée de la douleur. Malheureusement, la durée de la douleur chronique est encore moins précise que celle de la douleur aiguë. La définition varie entre un et six mois (bien que la plupart des médecins soient d’accord sur trois). La douleur aiguë peut se transformer en douleur chronique si elle ne réside pas.

Les patients ont tendance à la décrire comme brûlante, terne ou douloureuse. Ils la décrivent également comme diffuse ou rayonnante. Voici quelques causes courantes de douleur chronique :

  • Les migraines.
  • La fibromyalgie.
  • Sclérose en plaques.
  • Mal de dos chronique.

Pourquoi ma douleur ne diminue-t-elle pas ?

La douleur peut persister pour deux raisons. Votre corps vous informe d’une menace continue (véritable danger). Les nerfs sont devenus super-sensibilisés aux stimuli et ont commencé à amplifier les signaux de douleur (faux danger).

Le problème est qu’il est initialement impossible de distinguer les deux. La médecine moderne est imparfaite. Les médecins ne peuvent pas toujours identifier une menace réelle, même lorsqu’elle existe.

Deux exemples sont des signes précoces de cancer ou de légères fractures osseuses. De plus, notre science ne peut pas encore expliquer tous les maux et maladies. Un bon exemple est la fibromyalgie. Les médecins reconnaissent les symptômes de la maladie, mais pas la cause (idiopathique est le terme qu’ils utilisent pour décrire ces maladies).

Douleur chronique et opioïdes

Les opioïdes sont considérés comme l’un des médicaments les plus efficaces pour la gestion de la douleur. Malheureusement, ils sont également l’un des plus addictifs.

Les sociétés pharmaceutiques des années 90 ont déclaré à la communauté médicale que les patients ne deviendraient pas être dépendants des analgésiques opioïdes. Les prestataires de soins, à leur tour, les ont prescrits en plus grand nombre. Ils ont par la suite découvert que c’était manifestement faux. Ils créent une forte dépendance.

Depuis 2000, les surdoses de médicaments impliquant des opioïdes ont augmenté de 200%. La grande question demeure, que fera la communauté médicale à ce sujet ?! Si vous souffrez de douleurs chroniques, cela peut vous affecter.

Thérapies alternatives pour la douleur chronique et la douleur aiguë

femme pratique yoga dans jardin avec correcteur de posture

De nombreuses thérapies alternatives ne distinguent pas la douleur chronique et la douleur aiguë. Ils fonctionnent également sur l’un ou l’autre.

Si vous ne pouvez pas supporter les médicaments, essayez la thérapie physique, l’acupuncture, le biofeedback, le massage ou la méditation. Chacun vous aide à entraîner votre corps à réinterpréter les signaux de douleur.

Si vous souffrez de douleur chronique, il s’agit probablement d’un mal de dos. C’est le type le plus courant, juste après les maux de tête. La bonne nouvelle pour vous est qu’elle peut souvent être traitée avec des thérapies alternatives.

Si votre problème vient du bas du dos, renforcez vos muscles abdominaux et réduisez votre poids. Les deux réduiront la tension sur votre vertèbre lombaire. Une ceinture lombaire viendra également soutenir vos vertèbres et vous soulager.

Quelle que soit la forme de thérapie alternative que vous choisissez, commencez dès aujourd’hui. Une bonne santé n’est pas nécessairement un acquis mais plutôt un travail sur le long terme.

49,90
A partir de 44,90
119,90
69,90
109,90
49,90

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *