loader image

Comment éviter les maux de dos au travail ? Prévention et traitements

Comment éviter les maux de dos au travail ?

Les maux de dos, en particulier les lombalgies, sont incroyablement courants chez les travailleurs industriels (mécaniciens, ouvriers d’usine, ouvriers du bâtiment, etc.).

Selon l’INRS, plus de 60% des salariés ont eu, ont ou auront une lombalgie. La nature de la plupart des travaux industriels, qui nécessitent beaucoup de flexion, de levage et le port de charges lourdes, expose de nombreuses personnes à des maux de dos chroniques. 

Découvrons ensemble la façon dont les travailleurs industriels peuvent réduire leur risque de mal de dos. Nous partagerons également quelques conseils sur la façon de traiter efficacement les douleurs dorsales et les blessures.

Causes courantes de maux de dos chez les travailleurs industriels

Les actions suivantes font partie des causes les plus courantes de maux de dos chez les travailleurs industriels :

  • Port de charges lourdes.
  • Transporter des charges de manière maladroite, par exemple avec une seule main.
  • Effectuer des tâches répétitives comme l’emballage de produits.
  • Conduire de longues distances ou conduire sur un terrain accidenté.
  • Se pencher, s’accroupir ou se pencher pendant des heures.
  • Pousser, traîner ou tirer des charges lourdes.
  • Étirements ou torsions fréquentes.
  • Passer de longues périodes sur un même poste de travail.

Travailler au-delà des limites réglementaires ou en cas de fatigue physique peut également augmenter le risque de souffrir d’une lombalgie.

Prévenir les maux de dos

Les recherches sur la prévention des douleurs au dos chez les travailleurs industriels ont montré que la prévention peut être décomposée en trois catégories :

Prévention primaire

La prévention primaire a lieu avant tout type de douleur ou de blessure. C’est la stratégie de prévention la plus courante. Lorsqu’elle est appliquée correctement, cette approche peut réduire considérablement les cas de maux de dos dans un lieu de travail particulier.

Le but de la prévention primaire est d’augmenter la résistance des travailleurs aux maux de dos en leur apprenant les causes et les facteurs de risque qui les rendent plus susceptibles d’en ressentir. La prévention primaire se concentre également sur l’enseignement de techniques qui aident à éviter les maux de dos.

Certaines composantes spécifiques d’un programme de prévention primaire comprennent :

  • Enseigner les bonnes techniques de levage et de manutention.
  • Modifier la conception et l’ergonomie du poste de travail pour réduire les exigences physiques. Ex : utiliser des ventouses mécaniques pour minimiser la quantité de levage qu’un travailleur doit effectuer.
  • Mettre en œuvre des poids de levage maximum pour empêcher les travailleurs d’en faire trop.
  • Test de résistance avant le placement pour déterminer le risque de mal de dos d’un travailleur.

Les techniques de prévention primaire sont très rentables pour les travailleurs et les employeurs. En effet, elles visent à prévenir les blessures et à éviter les coûts et la perte de productivité qui les accompagnent.

Prévention secondaire

Ce second niveau implique de travailler avec des personnes qui souffrent déjà de maux de dos et de prendre des mesures pour s’assurer que leur douleur ne s’aggrave pas.

Il y a un équilibre délicat à atteindre au stade de la prévention secondaire entre le sur-traitement et le sous-traitement. Si un travailleur sur-traite avec trop de repos, par exemple, il peut finir par aggraver sa douleur plutôt que de mieux la gérer. Le contraire, bien sûr, est également vrai.

Voici quelques mesures de prévention secondaires que les travailleurs peuvent prendre :

  • Limiter le repos au lit à un maximum de deux jours.
  • Maintenir une activité régulière et effectuer des exercices permettant d’étirer et de renforcer le dos.
  • Utiliser des investigations radiologiques dans les cas de signaux d’alerte (traumatisme important, âge avancé, etc.).
  • Travailler avec un physiothérapeute, un kinésithérapeute ou un ostéopathe (en cas de douleur chronique qui dure plus de trois mois).
  • Enquêter sur les facteurs psychosociaux (dépression, anxiété, problèmes émotionnels) qui pourraient également contribuer à la douleur.

Rester actif semble être l’une des formes de prévention secondaire les plus bénéfiques pour les travailleurs souffrant de maux de dos. Des exercices comme la natation, la marche et le yoga sont également particulièrement utiles.

Prévention tertiaire

Pour les travailleurs qui retournent au travail après avoir subi une blessure au dos ou un mal de dos à long terme, ces étapes peuvent les aider à reprendre le travail sans exacerber la douleur.

Certaines caractéristiques de la prévention tertiaire comprennent :

Modifier le poste de travail pour s’adapter à la douleur du salarié.

Poursuivre des travaux de rééducation pour renforcer le dos et minimiser les douleurs

Examiner les facteurs psychosociaux qui contribuent à la douleur.

Ces mesures de prévention tertiaire peuvent être difficiles pour les employés qui ne sont pas motivés à s’inscrire à des programmes de réadaptation et à travailler activement à réduire leur douleur. Cependant, lorsqu’ils sont faits correctement, ils peuvent se montrer relativement efficaces.

Traiter les maux de dos

Après avoir souffert de maux de dos ou de blessures au dos, les ouvriers devraient prendre les mesures suivantes pour traiter leur douleur et l’empêcher de s’aggraver :

Traitement de stade précoce

Médecin réalisant un diagnostic d'une hernie discale sur une patiente

Prendre les mesures suivantes immédiatement après la blessure s’avère efficace pour soulager les douleurs au dos :

  • Rester actif pour réduire les douleurs et les tensions.
  • Entamer une thérapie par le chaud et le froid pour soulager les douleurs et favoriser un flux sanguin sain vers la zone douloureuse.
  • Limiter la prise d’analgésiques à cause de leur accoutumance.
  • Prendre des cours de manipulation vertébrale effectués par un chiropraticien ou un physiothérapeute.
  • Bénéficier des bienfaits de la massothérapie ou autres traitements alternatifs pour soulager la douleur.

Si ces méthodes de traitement ne sont pas efficaces, vous devrez peut-être travailler avec votre médecin pour élaborer un plan de traitement plus agressif.

Récupération à long terme

En plus de ces traitements à un stade précoce, les étapes de récupération suivantes peuvent vous accompagner dans votre guérison et votre reprise du travail :

Augmentation constante du niveau d’activité de jour en jour.

Se lever pour s’étirer régulièrement et éviter de rester dans la même position trop longtemps.

Ajuster les tâches au travail pour éviter de vous blesser au dos.

Faire de son mieux pour maintenir ses activités quotidiennes afin de prévenir la raideur ou l’atrophie musculaire.

Changer régulièrement d’activité pour éviter les blessures liées à une activité répétitive.

Porter une ceinture lombaire pour fournir un soutien supplémentaire et promouvoir des mouvements appropriés.

Une ceinture de soutien peut être particulièrement bénéfique si votre blessure ou votre douleur est exacerbée par certains mouvements ou une mauvaise posture. Il peut également fournir un soutien supplémentaire lorsque vous retournez au travail et à vos activités quotidiennes.

Avez-vous besoin d’un correcteur de posture ?

Si vous ou un proche souffrez d’une lombalgie, vous devriez certainement envisager de porter un correcteur de posture. En effet, ce dispositif médical peut être un excellent moyen de fournir un soutien supplémentaire à votre colonne vertébrale et de minimiser la douleur.

Docti Posture vous propose des modèles adaptés à chaque morphologie et pathologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *